Boro Kontić par emdé © 2017

La presse bosnienne face à la justice

En Bosnie-Herzégovine, la liberté de la presse est régie par des lois très libérales mais non appliquées dans la réalité. Attaqués devant les tribunaux, non protégés par les autorités judiciaires, les journalistes exercent difficilement leur devoir d’informer dans un pays corrompu.

Inutile de demander, le magazine Slobodna Bosna n’est plus en kiosques. Poursuivi à maintes reprises, cet hebdomadaire, l’un des meilleurs magazines indépendants de Bosnie-Herzégovine, n’a pas tenu le coup face au harcèlement judiciaire et aux coupures de revenus publicitaires. En 2015, le journal bosnien avait cinquante procès au compteur. Le dernier en date : une enquête sur l’homme politique Milovan Cicko du Parti démocratique serbe pour son soutien à l’ancien président serbe Slobodan Milošević, décédé en 2006. Rien que pour cette affaire, Slobodna Bosna a été condamné à payer 15 000 euros environ. Coulé par ces pertes financières, le journal a dû mettre la clé sous la porte. Aujourd’hui, seul le site internet continue d’exister.

Dans ce pays des Balkans, les médias sont soumis à de fortes pressions politiques, économiques mais aussi judiciaires, qui entravent la liberté de la presse. Mauvais élève, le pays occupe la 65e place au classement mondial de la liberté de la presse 2017 sur 180 pays au total, selon Reporters Sans Frontières (RSF). « Ici, lorsqu’ils publient un article, les journalistes ont peur d’être attaqués par les politiciens », explique Boro Kontić, journaliste et directeur de Mediacentar, une plateforme indépendante à Sarajevo.

Qu’il s’agisse de la presse écrite, de la radio ou encore de la télévision, les grands médias bosniens sont contrôlés par d’importants hommes d’affaires, affiliés à des partis politiques. Une situation encore plus alarmante dans l’entité serbe du pays. « En Fédération de Bosnie-Herzégovine, même si les médias sont connectés à des partis politiques, ils bénéficient de diverses sources d’information. Ce qui n’est pas le cas en République Serbe de Bosnie (Republika Sprska) notamment, où presque tous les médias sont sous contrôle par un seul et même parti ». Dans ce contexte, les journalistes, en plus de subir d’énormes pressions, font régulièrement l’objet de menaces, physiques ou morales. Malgré une loi plutôt protectrice pour les médias, la justice bosnienne est instrumentalisée à l’encontre des journalistes.

Boro Kontić par emdé © 2017

Boro Kontić par emdé © 2017

Du papier à la réalité

Selon Reporters Sans Frontières, la Bosnie-Herzégovine « dispose du cadre légal le plus libéral au monde en matière de liberté des médias ». Pourtant, sur la terrasse de Mediacentar, Boro Kontić est plus critique : « En Bosnie-Herzégovine, la liberté de presse est garantie et protégée par la Constitution. Mais, et il y a un grand mais, l’exécution de ces lois n’existe pas. Ca fait joli sur le papier mais en réalité, il y a beaucoup de problèmes pour les journalistes, surtout dans les petites villes où tout le monde connaît tout le monde. S’ils écrivent quoi que ce soit qui va à contre-courant, c’est une véritable galère qui commence pour eux ».

Pourtant, l’assemblée parlementaire de Bosnie-Herzégovine a adopté en 2002 le Freedom Act Information of Bosnia and Herzegovina, inspirée par la loi sur la liberté d’information américaine. Mais dans la réalité, cette loi est régulièrement bafouée. A commencer par l’accès aux informations qui relèvent du domaine public. L’article 4 mentionne que « toute personne légale a le droit d’accéder à une information détenue par les autorités publiques, et les autorités publiques ont le devoir de divulguer ces informations ». Or, depuis sa création en 2004 à Sarajevo, le CIN, un centre de journalistes d’investigation, a déjà lancé sept procès contre des institutions de Bosnie-Herzégovine qui refusaient de fournir des informations relevant du domaine public. Sur cinq dossiers, le tribunal a décidé que l’institution devait fournir les éléments demandés au CIN. Mais parfois, il faut attendre des années avant d’obtenir l’accès à ces informations.

En Bosnie-Herzégovine, des restrictions pour accéder aux données publiques peuvent s’appliquer, si elles portent atteintes à la défense nationale, à la sécurité publique, à la politique monétaire ou à la vie privée de tiers. Un argument bien pratique pour certains hommes politiques. Au siège de l’Organized Crime and Corruption Reporting Project (OCCRP), Miranda Patrucić, responsable du bureau régional pour l’Asie centrale et l’Azerbaïdjan, connaît bien ce problème de transparence. « Lorsque nous demandons des renseignements sur des politiciens, nous devrions en théorie avoir accès librement aux documents, précise-t-elle. Mais l’autorité du droit à la vie privée nous accusera de porter atteinte à la vie privée de la personne et cela nous empêchera d’avoir ces informations. Très souvent, lorsqu’un journaliste veut faire une histoire sur des emplois fictifs, par exemple, et obtenir le nom des employés, sa demande sera aussitôt refusée ».

Miranda Patrucić par emdé © 2017

Miranda Patrucić par emdé © 2017

Une justice silencieuse

Dans le pays, non seulement les lois sont régulièrement contournées concernant la liberté de la presse, mais la justice n’agit pas toujours suite aux révélations des affaires de corruption. Drew Sullivan, co-fondateur de l’OCCRP, se souvient de leurs révélations sur un médecin corrompu qui acceptait de modifier des certificats de décès en échange d’argent. Malgré les preuves irréfutables révélées, la justice est restée impassible. Le médecin serait toujours en poste, selon Drew Sullivan.

Dans le cas du scandale immobilier qui a éclaboussé l’ancien Premier ministre de Bosnie-Herzégovine, Nedžad Branković, la justice a tout simplement refusé de donner des informations aux journalistes de l’OCCRP. Drew Sullivan raconte : « Nous sommes allés à la cour pour obtenir le dossier de propriété et le tribunal a clairement refusé. Peu de temps après, nous avons reçu un appel du Premier ministre. Il voulait savoir où était le dossier et pourquoi nous voulions l’obtenir. On a dû s’y prendre d’une autre manière. Au final, on a pu voir comment il avait obtenu des appartements gratuitement », explique-t-il avec un sourire sarcastique.

Image de prévisualisation YouTube

Face aux atteintes à la liberté de la presse en Bosnie-Herzégovine, l’ONG Human Rights Watch dénonce les pressions  et les actions en justice systématiques à l’encontre des médias critiques. Tôt ou tard, ce harcèlement n’aura qu’un seul effet : l’autocensure des journalistes ou la fermeture des médias. Slobodan Vasković, un blogueur indépendant de Republika Srpska qui travaille sur les crimes de guerre et la corruption, a dû faire face à une quarantaine de procès pour diffamation, dont certains initiés par le président de l’entité serbe en personne, Milorad Dodik. En 2014, dans un rapport de Human Rights Watch, Slobodan Vasković témoigne de cet harcèlement judiciaire.« Je n’ai pas assez d’argent pour engager un avocat, donc je me défends seul au tribunal et c’est comme ça qu’ils ont réussi à faire en sorte que je passe la plupart de mon temps en justice plutôt que de faire mon travail. Si je travaille et que je suis payé, les autorités reprendront mon argent avec les amendes que je dois payer », conclut-il amèrement.

Marion Adrast et Léa Le Breton (texte et photos), Jodie Ferrett et Alice Huard (vidéo), emdé (dessin)