7ème Festival francophone du reportage court France Monde - France Océans - Edition 2022-2023

7ème Festival francophone du reportage court France Monde – France Océans – Edition 2022-2023

Depuis 6 ans, l’association « Planète Jeunes Reporters – Sur les pas d’Albert Londres » organise dans le cadre de son festival francophone du reportage court France Monde- France Océans, un concours francophone du reportage court doté de nombreux prix. Ce concours s’adresse à tous les jeunes du monde entier, à condition que les reportages soient en français ou sous-titrés en français.

Il s’adresse à deux catégories de jeunes : des jeunes de 12 à 18 ans et des jeunes de 18 à 35 ans.

  • Pour les jeunes de 18 à 35 ans de tous les pays, France compris :
    • Prix du jury (1500€) ;
    • Prix du public (1000€) ;
    • Prix des jeunes (1000€) ;
  • Pour les jeunes de 18 à 35 ans hors de France :
    • Prix du Cavilam-Alliance française Francophonie plurielle (1000€) ;
  • Pour les jeunes français de 18 à 35 ans :
    • Prix de l’OFQJ France (séjour financé au Québec pour réaliser un reportage)
  • Pour les jeunes de 12 à 18 ans hors de France :
    • Prix des Alliances françaises hors de France (1000€) ;
  • Pour les jeunes français de 12 à 18 ans :
    • Prix des collèges et des lycées (1000€).

D’autres prix pourront être attribués avec les partenaires qui seront à nos côtés.

En 2022-2023, les reportages doivent s’inscrire dans la thématique : « Le patrimoine ou/et l’eau ».

Le patrimoine pris dans toute sa globalité et diversité (historique, naturel, culturel, architectural, économique, matériel et immatériel) est un élément très important de l’identité d’une ville, d’un village, d’un quartier, d’un métier etc. C’est un lien qui rattache les habitants à leur territoire. Il participe au lien social et culturel entre générations et entre populations. 

L’eau est, depuis la nuit des temps, indispensable à la survie de tout être vivant, animal ou végétal. C’est un élément majeur de la vie des populations pour l’alimentation, la santé, l’agriculture, l’activité économique, les activités de loisirs, l’énergie, l’environnement et le climat. Mais l’eau ce sont aussi les catastrophes naturelles avec les inondations, les sécheresses, les pollutions, etc. L’eau est un bien précieux et parfois capricieux dont il faut prendre soin et qui nécessite plus que jamais d’être protégée.

Patrimoine et eau se rejoignent par les liens forts qui les unissent à un territoire, à des individus, à des populations ou à d’autres êtres vivants ou végétal.

En choisissant l’un ou l’autre ou les 2 thèmes, les jeunes qui vont réaliser des reportages mettront en valeur le lien indissoluble qui lie ceux-ci à la vie d’un lieu, à son environnement, à son histoire, à la vie des habitants ou à une personne. 

Les reportages doivent être au format mp4 Full HD 1920×1080 px et avoir un générique de fin et durer entre 3 et 5 minutes.

Nous attirons votre attention concernant la date de remise des reportages :

  • Pour les jeunes de 18 à 35 ans, les reportages doivent nous parvenir avant le 15 octobre 2022, 22h GMT ;
  • Pour les jeunes de 12 à 18 ans, les reportages doivent nous parvenir avant le 15 décembre 2022, 22h GMT.

Les prix seront remis lors du Festival Francophone du Reportage Court France Monde – France Océans qui aura lieu du 13 au 19 mars 2023.

Pour tout renseignement complémentaire, vous pouvez consulter le règlement du concours du Festival francophone du Reportage court France Monde – France Océans à l’adresse : règlement du concours, ou contacter les organisateurs à l’adresse : albertlondresvichy (at) gmail.com.

Articles de presse

Figure 1 : Prix des Jeunes – Festival francophone 2018

Figure 2 : La Montagne du 09 novembre 2018

Figure 3 : La Montagne du 23 novembre 2018

Figure 4 : La Montagne du 22 novembre 2018

Figure 5 : La Montagne du 14 juin 2018

Figure 6 : La Montagne du 20 novembre 2018

Figure 7 : La Montagne du 27 novembre 2018

Figure 8 : La Montagne du 14 mars 2022

Figure 9 : La Montagne du 31 mars 2022

Figure 10 : La Montagne du 17 mars 2022

Deux grands rendez-vous prévus lors des prochains mois

Publié le 13/07/2021


Patrice Corre, vice-président ; Jacques Heitz, trésorier ; Élisabeth Bertrand, membre du bureau ; Daniel Gerbert-Gaillard, secrétaire et Frédéric Prulhière, président. © Droits réservés

L’association Planète jeunes reporters reprend ses activités phares avec les « 48 heures du reportage sur smartphone 2022 » et le « 6ème Festival francophone du reportage court France Monde-France Océans ».

Les 48 heures du reportage sur smartphone 2022.

Dans l’Allier, Mayotte, la Réunion et Madagascar, ils se dérouleront du vendredi 4 au dimanche 6 février 2022. Les équipes réparties en deux sections (lycées-collèges et tout public) doivent réaliser un reportage en français ou sous-titré. Inscription à albertlondresvichy@gmail.com. 50 par équipe.

Festival « 48 heures 2022 » du 18 au 20 février

Trois points relais seront à Montluçon, Moulins et à Vichy afin de présenter le projet. Le festival « 48 heures 2022 » aura lieu du 18 au 20 février avec la remise du prix du jury du meilleur son et prix de la meilleure image. Les établissements scolaires lauréats se verront remettre des prix équivalents en matériel audiovisuel.

6ème Festival francophone du reportage court France Monde-France Océans.

Organisé par l’association Planète jeunes reporters et le Club audiovisuel de Vichy, il s’adresse aux jeunes âgés de 18 à 35 ans sauf pour le prix des Alliances françaises des collèges et lycées (de 13 à 18 ans). Participation gratuite. Reportage de cinq minutes sur le thème de « L’eau dans toutes ses dimensions ».

Pratique. Inscription et envoi des reportages par wetransfer à albertlondresvichy@gmail.com avant le 15 octobre 2021. Prix (1.000 €) seront remis en mars 2022.

À Vichy, le Festival francophone du reportage court France Monde – France Océans récompense un jeune journaliste haïtien extrêmement prometteur !

Geneviève Clastres | Publié le 17 mars 2022 • Mis à jour le 17 mars 2022 à 14h47

Thèmatique :  Bons plans   Conseils   Initiative privée   Routes du Monde   Tourisme de masse 

« Je suis là parce que le journalisme est un monde sans frontières, parce que raconter le monde n’est pas une contingence mais une nécessité. Je suis né en Haïti, un pays où la création est une arme de résistance. » Ces mots, extraits du discours fait par Patrick Erwin Michel, lauréat du prix du Festival reportage court France-Monde, ont résonné fortement ce samedi 12 mars dernier à Vichy. Certes, le monde a les yeux rivés sur l’Ukraine et sa dramatique actualité, mais la situation en Haïti est également très inquiétante, à l’image d’un monde qui se fissure et de peuples qui luttent pour ne pas être oubliés au cœur d’une planète qui n’en peut plus de maux et de mal.


Rencontre de Patrick Erwin Michel avec les élèves du collège de Cérilly © GClastres

« L’eau dans toutes ses dimensions » au programme de cette 6e édition

Organisé par les associations « Planète JeunesReporters – Sur les pas d’Albert Londres » et Club Audiovisuel de Vichy, le festival francophone du reportage court France Monde – France Océans vise justement à donner la parole à de jeunes vidéastes d’avenir âgés de 18 à 35 ans. Chaque année, ils sont nombreux à participer en réalisant un reportage court sur la thématique imposée. En cette sixième édition, « L‘eau dans toutes ses dimensions (santé, culture, sports, territoires, alimentation, savoirs ancestraux, etc. » était au cœur de la thématique, avec douze reportages présélectionnés venus de France mais aussi du Sénégal, Maroc, de Pologne, du Québec, etc. Lors d’une semaine d’échanges et de manifestations variées tenue du 7 au 12 mars 2022 dans l’ensemble du département de l’Allier, le festival a permis de revenir sur plusieurs de ces reportages, diffusés dans les collèges et écoles de la région, avec une forte implication de certains établissements à l’image de Cérilly, dont les élèves ont également été primé pour la réalisation d’un reportage local également axé sur l’eau.

Simbi : la sentinelle des eaux haïtiennes !

Jeune journaliste haïtien de 27 ans également poète, slameur et photographe, Patrick Erwin Michel a conquis le jury par un reportage fort. Ces mots sonneront forcément plus justes pour exprimer ce qu’il a souhaité transmettre dans ce court-métrage de 4 minutes et demie, tourné à Port-Salut, Jacmel et à Belle-Anse : « Mon reportage met en exergue notre identité Vaudou. En filigrane, c’est l’histoire d’un jeune vaudouisant haïtien qui raconte sa culture à sa copine athée. Vous l’aurez compris, c’est un prétexte pour montrer comment les croyances populaires – notamment le vaudou – peuvent favoriser le respect de la nature et la bonne gestion de l’eau, ressource naturelle vitale pour tout être vivant. En effet, dans le panthéon vaudou, chaque point d’eau est gardé par Simbi. Et pour accéder à maitre Agoué, la déesse suprême des océans, il faut passer par Simbi. Simbi Andezo, surveillait l’usage que les habitants font de l’eau. C’est pourquoi tout haïtien, les vodouisants en particulier, respectent la mer et font en sorte que la mer ainsi que chaque source restent propres. Si le vaudou a toujours été un culte bafoué par l’histoire, j’espère offrir humblement une autre facette de la religion de nos ancêtres africains et haïtiens. »

Enfin, Patrick Erwin Michel a également tenu à préciser que parler du Vaudou et du lien sacré de son île avec l’eau était également une façon de présenter Haïti autrement : « Loin de vouloir occulter nos déboires, nos guerres notamment à Martissant et à la Crois-des-Bouquets, nos catastrophes naturelles, j’ai estimé qu’il est absolument nécessaire de dire que nous avons un très beau paysage, qu’à Fort-Liberté la nuit n’arrive jamais tant la vie nocturne est agréable et tranquille et que dans le Sud du pays, nos chutes d’eau sont plus impressionnantes les unes que les autres. ».

Une façon aussi de rappeler au monde qu’il faut parfois savoir relever la tête, même dans la nuit la plus sombre, et savoir regarder les étincelles de beauté qui peuvent ramener l’espoir.

Un poème pour conclure

Auteur de « Vers-bouillage d’un rêveur isolé », Patrick Erwin Michel est également un poète qui fait vibrer les mots comme autant de cris dans la nuit, ici un extrait de son poème « Blessures » :

« On danse la vie sur des tessons de drame
Quand l’horizon cache l’aurore
De nos matins de cendre
Mais l’espoir ne nous quitte jamais
Car nous l’inventons à chaque baiser
À chaque poème
Qui assassine nos pages blanches. »

———– Remerciements ————–

Merci à Jean-Claude Mairal, Frédéric Prulhière, Patrice Corre, Jacques Heitz et à toute l’équipe de Planète JeunesReporters « Sur les pas d’Albert Londres » et Club Audiovisuel de Vichy pour m’avoir invitée à ce festival, ce qui m’a permis de rencontres des personnes passionnées de leur territoire (le Bourbonnais !), d’une extrême gentillesse et humanité.

Merci également au collège de Cérilly pour m’avoir reçu et aux élèves pour leur curiosité et leur talent de journalistes en herbe.

Enfin, petit clin d’œil aux étudiants et enseignantes Catherine Gonzalez et Charlotte Jeannin du BTS Tourisme de l’ES Vichy avec qui j’ai eu la joie d’échanger et qui m’ont bombardée de questions auxquelles j’ai eu beaucoup de plaisir à répondre, parce que les bombardements de curiosité et l’ouverture aux autres, c’est peut-être ce qui sauvera le monde, peut être…

———– Aller plus loin et participer à la prochaine édition du concours ————–

Site de Planète JeunesReporters « Sur les pas d’Albert Londres » : 6ème Festival francophone du reportage court France Monde – France Océans – Sur les pas d’Albert Londres (sur-les-pas-d-albert-londres.fr)